Pour rien

Publié le par Johann

Pour rien

 

Ferme les yeux et pense…

Un clavier un écran
Et y graver des mots
Une plume ou un stylo
Pour un sentiment

 

Mais tout ça pour rien ;
ils n’existent pas.
Que dans ma tête de bon à rien.
Ouvre les yeux,
Tu ne vois rien.
Les vers et les strophes apportent réconfort
Mais ils inhibent l’effort
et me ronge de liens.

 

Attaché à tous, à chaque chose
Mais à rien.
Pensant à toutes choses,
Une idée toujours,
Et la bonne, celle qui court
Mais aussi celle qui se trompe
Tromper par les roses.
Tromper pour rien.

 

La lucidité est triste,
Tueuse d’espoirs
Et tueuse d’illusions
Elle brûle les passions
Et éteint les soirs
Laissant la lumière fanée d’un néon de raison.
Un néon de rien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article