Ariettes Oubliées III (Verlaine)

Publié le par Johann

Ariettes Oubliées III

 

Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ?

 

O bruit doux de la pluie

Par terre et sur les toits !

Pour un cœur qui s’ennuie

O le chant de la pluie !

 

Il pleure sans raison

Dans ce cœur qui s’écœure

Quoi ! Nulle trahison ?…

Ce deuil est sans raison.

 

C’est bien la pire peine

De ne savoir pourquoi

Sans amour et sans haine

Mon cœur a tant de peine !

Publié dans Poèmes d'auteurs

Commenter cet article

tiffen 15/02/2007 22:44

Poème très connu mais qui sonne toujours à l'oreille comme une douce musique et que l'on aimerait entendre toujours...