Apparition

Publié le par Johann

  Brillante dans la chambre

saisissant ma poitrine

tout mon coeur se cambre

si douce et si câline

la flamme des damnés!

 

 

Feu vieux d'une année

des nuits de tristesse

des matins esseulés

mélancolie, oh ma faiblesse

tu t'embrases de volupté

une seconde, puis cesses...

 

 

Je gratte la pierre

comme une prière

j'allume la cire

tremblante de lumière

brulante de soupirs

et chaude comme l'enfer

 

 

Du bonheur d'être triste

Pour un instant

Puis la peine qui insiste

« Ah si seulement!... »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article