Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

9 articles avec poemes d'auteurs

Nevermore (Verlaine)

Nevermore Souvenir, souvenir, que me veux tu ? L’automne Faisait voler la grive à travers l’air atone, Et le soleil dardait un rayon monotone Sur le bois jaunissant où la brise détone. Nous étions seul à seule et marchions en rêvant, Elle et moi, les...

Lire la suite

Mon rêve familier (Verlaine)

Mon rêve familier Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime, Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend. Car elle me comprend, et mon cœur,...

Lire la suite

Ariettes Oubliées III (Verlaine)

Ariettes Oubliées III Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ? O bruit doux de la pluie Par terre et sur les toits ! Pour un cœur qui s’ennuie O le chant de la pluie ! Il pleure sans raison Dans...

Lire la suite

Les coquillages (Verlaine)

Les coquillages Chaque coquillage incrusté Dans la grotte où nous nous aimâmes A sa particularité. L’un a la pourpre de nos âmes Dérobée au sang de nos cœurs Quand je brûle et que tu t’enflammes ; Cet autre affecte tes langueurs Et tes pâleurs alors que,...

Lire la suite

A poor young shepherd (Verlaine)

A poor young shepherd J’ai peur d’un baiser Comme d’une abeille. Je souffre et je veille Sans me reposer : J’ai peur d’un baiser ! Pourtant j’aime Kate Et ses yeux jolis. Elle est délicate, Aux longs traits pâlis. Oh ! que j’aime Kate ! C’est Saint-Valentin...

Lire la suite

Le Lac (lamartine)

Le Lac Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, Dans la nuit éternelle emportés sans retour, Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges Jeter l'ancre un seul jour ? Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière, Et près des flots chéris qu'elle...

Lire la suite

L’amour qui n’est pas un mot (Aragon)

L’amour qui n’est pas un mot Mon Dieu jusqu’au dernier moment Avec ce cœur débile et blême Quand on est l’ombre de soi-même Comment se pourrait-il comment Comment se pourrait-il qu’on aime Ou comment nommer ce tourment Suffit-il donc que tu paraisses...

Lire la suite

Le gardien du phare (Prévert)

Le gardien du phare Des oiseaux par milliers volent vers les feux Par milliers ils tombent, par milliers ils se cognent Par milliers aveuglés, par milliers assommés Par milliers ils meurent. Le gardien ne peut supporter une chose pareille Les oiseaux...

Lire la suite

Ma faute à toi

Ma faute à toi J’ai besoin encore et toujours J’ai besoin d’entrer chez une femme D’en sortir au petit jour Avec un peu moins de flamme Dans les yeux Quand je te regarde Dans notre amour à tous les deux Y’a que moi qui le garde J’ai besoin d’entrer chez...

Lire la suite